À l’occasion de la réouverture de l’établissement thermal, qui aura lieu le lundi 2 avril 2018, Stéphane Rennou, directeur des thermes, a présenté les nouveautés de 2018. Etaient également présents Stéphane Polly, chef étoilé du restaurant Le Vivarais, ainsi que Guillaume Cerdini, chocolatier à Vals-les-Bains.

S’agissant de la cure thermale, les soins, l’activité physique et l’équilibre alimentaire sont les trois axes dédiés aux curistes. Stéphane Rennou précise que cette année : « Les thermes proposent en complément de l’aquagym, l’aquadynamic et l’aquabike, des cours d’aquacircuit avec un tapis de course dans l’eau. Toujours dans l’objectif de promouvoir l’activité physique des cours de Pilates sont aussi au programme des curistes dans la nouvelle salle de sport équipée de douze agrées adaptés (tapis de course, rameur, vélo ergomètre…) ».  Les curistes sont également encouragés à bouger plus et mieux. A cet effet, chaque curiste disposera d’un podomètre et aura pour objectif de réaliser 10 000 pas par jour.

En diététique, pilier très important de la cure thermale, il y a aussi du nouveau avec la création d’une cuisine pédagogique. Mélody, la diététicienne de l’établissement thermal, enseignera aux curistes comment préparer des repas adaptés à faible indice glycémique. Grâce à un partenariat avec le chef Stéphane Poly, le chocolatier Guillaume Cerdini et le pâtissier-chocolatier Didier Laurent, Mélody transmettra aux curistes des recettes gourmandes et équilibrées.

S’agissant du volet bien-être, cette année encore les thermes innovent avec de nouveaux soins, notamment le forfait Paradis de Baïja comprenant une douche hydromassante, un gommage, un modelage émotion au choix Moana, Nuit à Pondichéry ou So Loucura, un accès spa et hammam. Un forfait bien-être et gastronomie, en partenariat avec le chef étoilé Stéphane Poly, est également proposé.

Stéphane Rennou souligne que l’établissement thermal participe à Diabeo2Thermes, une étude pilotée par l’AFRETH (Association Française pour la Recherche Thermale) pour démontrer l’efficacité de la cure pour diabétique. Une autre étude médicale a eu lieu en 2016 au sein des thermes valsois pour obtenir à terme l’agrément en rhumatologie. Les résultats ont été connus fin 2017. La demande d’agrément est en cours d’examen par l’académie de Médecine, puis elle sera soumise au ministère de la Santé. L’objectif est d’obtenir l’agrément pour la saison 2021. Il s’agit d’accueillir des patients atteints de surpoids et qui souffrent de douleurs articulaires.

Jean-Claude Flory a présenté l’avancée des travaux d’agrandissement des thermes qui ont lieu en site occupé ainsi que les objectifs de la réalisation : « L’extension de l’établissement permettra de doubler la capacité d’accueil. 80 000 entrées par an seront possibles au centre de bien-être et près de 4 500 à 4 800 curistes pourront être soignés. Le doublement de l’activité aura aussi un impact sur l’emploi. Une vingtaine d’emplois directs seront créés au sein des thermes de Vals-les-Bains et bien plus d’emplois indirects ». Jean-Claude Flory précise que ces travaux sont financés avec le soutien de l’Etat dans le cadre de la Dotation de soutien à l’investissement local, de la Région Auvergne Rhône-Alpes au titre du Grand Plan Thermal, de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie, de l’Union Européenne et de la Communauté de Communes du Bassin d’Aubenas (garantie d’emprunt). Le solde du financement est pris en charge par la société Sodexo, gestionnaire des thermes. Il rappela également que ces travaux sont l’aboutissement d’un travail collectif entre le Centre Hospitalier de l’Ardèche Méridionale, la Sodexo (gestionnaire des thermes), la Société des Eaux Minérales de Vals, la commune et le Syndicat Intercommunal pour le Thermalisme et l’Environnement.

Il est à noter que pour le démarrage de la nouvelle saison, le chantier d’extension n’a pas d’impact sur la fréquentation. Stéphane Rennou constate une affluence équivalente à celle observée à l’ouverture de 2017. De plus, les travaux ont d’ores-et-déjà un impact positif pour le territoire. Plus de 90 % des entreprises intervenantes sont locales.

Pin It on Pinterest

Share This