logo le petit valsois
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Oubreyts

Origine du nom

Certains chercheurs estiment que le toponyme Oubreyts proviendrait du latin « arboretum », lieu planté d’arbres, donc verger, qui, au cours des âges, serait devenu Aubret puis Oubret.

Cette hypothèse vraisemblable est néanmoins surprenante, car verger est directement issu du latin « viridarium » de « veridis », vert.

En conséquence, il est possible d’émettre une seconde hypothèse en se basant sur Le terme occitan «obra », œuvre, ouvrage, travail, fabrique qui administre une paroisse, et son dérivé « obrador » (oubrodou), ouvroir, atelier, boutique.

En effet, si on considère la situation géographique du hameau d’Oubreyts, proche du hameau de Sétias, autrefois très grand marché, en raison de son implantation au carrefour de plusieurs chemins, il n’est pas inconcevable de penser qu’il y ait eu à Oubreyts des ateliers ou des boutiques qui trouvaient là un débouché. Sétias et son marché étaient si importants que la première race des seigneurs de Romégouse y avait fait construire une tour pour le protéger. Il y avait aussi un établissement des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem pour héberger les pèlerins allant prier les Vierges noires de Niègles et du Puy.

Oubreyts
Oubreyts
Oubreyts

Le Four à Pain

La pâte à pain, enveloppée dans un linge, levait dans un panier rond donnant sa forme à la miche. Les pains cuisant tous en même temps dans le four, les villageois marquaient la pâte encore molle à leur manière : certains plantaient leur doigts, d’autres la tranche de la main…

A l’origine, la porte des fours à pain était en bois. Lorsque le four était chargé en miches de pain, la porte enveloppée d’un sac de jute humide (évitant qu’elle prenne feu) était plaquée sur l’ouverture et calée par une barre transversale appuyée sur le mur.

Quand le pain était sorti du four, les femmes du village enfournaient leur daube et leur bombine qui mijotaient ainsi lentement à la chaleur résiduelle du four.

Le four à pain était allumé également à l’occasion de la tuade du cochon. Les pâtés, les caillettes et autres viandes y étaient cuits. Jadis, après leur récolte, les cocons des vers à soie étaient placés dans le four à pain maintenu à basse température. Cette opération permettait de tuer la chrysalide sans abîmer le cocon, évitant ainsi la métamorphose en papillon, le cocon n’était pas déchiré et pouvait être conservé et utilisé plusieurs mois après pour le filage. A l’époque, les jeunes filles filaient la soie dans les maisons.

Serre d'Oubreyts
Serre d'Oubreyts
Serre d'Oubreyts

Un peu d’histoire

Après la signature, le 28 juin 1629, de la Paix d’Alès ou Edit de grâce, qui marqua l’avènement de la liberté de conscience et de culte, l’évêque de Viviers décida, en raison de la destruction par le duc de Montmorency de l’église Saint-Martin, sise au lieu-dit Chaudière, devenue temple protestant, de transférer la paroisse à la 2ème église Saint-Martin érigée, en 1638, sur l’actuelle place du Foiral à Vals les bains, prés de la mairie .

A cette époque, les quatre cinquièmes de la population valsoise étaient répartis dans la vingtaine de hameaux et mas établis sur le versant Sud-Est de la montagne Sainte-Marguerite. Dès lors, les habitants songèrent à se regrouper, pour la pratique religieuse, en un point central, plus accessible que la lointaine Volane.

Après l’enquête « de commodo et incommodo » initiée en 1695, ils furent autorisés à construire une chapelle sur le serre d’Oubreyts. Elle fut bénie le 29 mars 1717, sous le vocable de Sainte-Marguerite.

Le 30 mai 1744, elle devint succursale de l’église Saint-Martin de Vals, avec un vicaire résident. Elle fut érigée église paroissiale en 1771.

De taille insuffisante, la première chapelle fut remplacée par l’église actuelle, inaugurée en 1854.

Au début du 19ème siècle, la population de la paroisse Sainte- Marguerite s’élevait à 1336 âmes alors que la 2ème paroisse Saint –Martin de Vals n’en comptait que 844. Pour cette raison, en 1807, les paroissiens de Sainte-Marguerite adressèrent une pétition à sa Majesté l’Empereur en vue d’obtenir au Temporel la séparation que leurs pères, 90 ans plus tôt, avaient obtenue au Spirituel. Mais, cette demande de constitution en commune ne fut pas acceptée.

Sur la place, on peut remarquer une croix mémorielle, élevée au niveau de l’entrée de la chapelle primitive par la famille Volle de Sétias, en l’honneur de leur fils Jules, mort, en 1886, sur le navire qui le ramenait en France, à la fin de son service militaire qu’il avait effectué au Tonkin.

Oubreyts et La Serre d’Oubreyts sur la carte

Oubreyts

Sources :

  • Gérard Mourier

Crédit photo : Korentin Naimi